mercredi 22 avril 2015

AU THEATRE CE SOIR : Kélécetectoplasm





Adèle LHOUTELLIER, Co-responsable des relations avec le public  et de l'action artistique du  TJP Centre Dramatique National d’Alsace – Strasbourg, adresse un mot de bienvenue  aux 65 personnes qui ont réservé leurs places pour le spectacle.

Le spectacle était prévu pour 19 H, les personnes venues de Strasbourg, ont pris la route du vin, et sont tout naturellement tombées sur un bouchon ! Nous avions convenu d'attendre un quart d’heure.......qui s'est transformé en demi-heure, car le rétroprojecteur a décidé de ne pas fonctionner. Petit moment de frayeur, heureusement une spectatrice avait une copie conforme de ce spécimen.


Agnès LEROY, Directrice-adjointe de la Bibliothèque Départementale du Bas-Rhin, rappelle l'importance de
la collaboration TJP/BDBR qui dure depuis 6 ans sur un volet diffusion de spectacles, plutôt petite forme et en fin de saison.
Cette collaboration évolue dans une volonté de co-construction de projet sur les territoires et de résidence d’artistes.
Ainsi que des actions culturelles liées au projet

* Brigades d’interventions poétiques :
Ce sont des lectures à voix haute des textes de Katalin Molnar.

A ce moment de la prise de la photo, nous sommes en fin de spectacle,
Je cite Anne
"Nous nous proposons d’établir un contact vers l’intime, entre humains, par le biais de la poésie parlée.
D’où vient cette parole, faite de mots simples, de mots de tous les jours ?
Langue écrite, la poésie, dont la vocation est d’être dite, parlée, échangée, partagée…
Ces mots simples, de tous les jours résonnent d’une densité différente du moment où ils sont dits et adressés à un auditoire.
Les textes seront choisis dans l’oeuvre de Katalin Molnar, auteur hongroise écrivant en français."


 

concert à trois voix :
"Trois voix sont mêlées pour tricoter, tenter, provoquer, exciter et interroger".

" l’èksitman, çanègzistepa, cépaunmôfrancè"




Un GRAND merci, à l'équipe des bénévoles, et à Fanny, qui ont contribué à la réussite de cette soirée, concocté de bons petits plats et gâteaux  toute la semaine de résidence,
à Monique, Régis et Axel, Michèle et Yves qui ont
hébergé Anne et Benoit.

MERCI, à la BDBR et au TJP, qui nous ont fait découvrir les coulisses d'une création, à travers quatre belles personnes.


Cette histoire se termine bien, car le rétroprojecteur a retrouvé sa fonction grâce à un technicien-spectateur-mari de Kathleen.

A SUIVRE: au prochain numéro des nouvelles de la BIP / brigade d'intervention poétique jeudi 23 avril
à la bibliothèque.


mardi 21 avril 2015

Des artistes en résidence à la bibliothèque de Marmoutier

Lundi 13 avril : Arrivée de la voiture du TJP (Transport de Joyeuses Personnes), le déchargement commence, câbles, spots, rouleaux de papier et scotch blanc en quantité phénoménale (on comprendra un peu plus tard cette profusion de ruban collant), une table sort de la voiture, le coffre doit avoir un fond ou une trappe magique!!!
                                                                                 
 

Anne Ayçoberry, Kathleen Fortin, Marie Wacker les trois comédiennes et Benoît Finker, le régisseur son-lumière-écouteur, venu tout spécialement cette semaine d'une belle ville du Sud, mettent tous les éléments en place.

Eh oui, amis lecteurs, vous ne reconnaissez plus les lieux !! Les meubles sont gentiment alignés le long du mur, les bacs albums se sont volatilisés, et observez bien l'arrière du décor, les quelques meubles et autres décorations du mur vont eux aussi changer de place.



Benoit marque la limite du plateau, la bibliothèque se transforme doucement en lieu de spectacle !

 un branchement par ici ...



Un petit coup de ruban adhésif par là ...












Marie, secrète et discrète, prépare son cache avec les encres noires et rouges qu'elle maniera à travers son rétroprojecteur avec talent.

 Un filage (voir explication dans l'article précédent), chaque mot, chaque geste est analysé, tout doit être parfaitement à sa place.

Un défilé de mode, mais non!!! un défilé de mots.
Anne est une "créatrice", carnet et crayon à la main, tout changement, chaque détail est noté.
Concertation avec Benoit.




Kathleen, avec la fougue de sa jeunesse, répète son texte (avec cet accent charmant de sa Gaspésie natale), règle en technicienne accomplie, sa caméra.


Jeudi16 avril, nous avions commandé à la COMCOM, 50 chaises.
Benoit, en tant que professionnel du spectacle, nous a sagement conseillé de remplacer les chaises par des bancs.




Afin que ce soit plus confortable, les bénévoles ont apporté leurs coussins.









Merci à Marie-Jeanne, Marie-Anne, Carine  Lydia et Colette pour la mise en place des bancs et chaises.















Marie, Lydia et Véronique ont confectionné une barre de rideau, pour séparer les salles et  donner un aspect théâtre.
Jeudi 16 avril 2015 19 h : les comédiennes et Benoit,  invitent Michèle, Yves, Monique, leurs hôtes de la semaine pour Anne et Benoit, et Véronique à une répétition générale.
Quel privilège !


L'éloge.... l'éloge ou les loges ?

Descente des marches ...



Le spectacle commence, pour ne pas troubler les comédiennes et respecter leur travail, nous n'avons pas pris de photo, il faudra venir voir le spectacle dans les autres structures, à Traenheim, Marlenheim et Dangolsheim pour la dernière.




Lors de la répétition générale, la pièce est parfaitement au point. Les spectateurs privilégiés sont émus par le texte et admiratifs du travail des artistes. Tout est prêt pour accueillir le public le lendemain.












Rituel journalier pour Anne : dévoreuse de papier adhésif.
















TOUT EST EN PLACE
QUE LE SPECTACLE COMMENCE

Si vous avez la curiosité de pousser la porte de la bibliothèque jeudi 23 avril à 14h30, une surprise vous attendra !!!! bip  bip 


mercredi 8 avril 2015

Projet : Kélécetectoplasm Kitakompagn

Kélécetectoplasm Kitakompagn

Premier mail : le 11 septembre rendez-vous à la bibliothèque de Marlenheim à 14 h.

Nous (la BDBR) et le TJP, aimerions développer un projet avec vous (les bibliothèques des territoires de Marmoutier-Somerau, de la Porte du Vignoble et des Coteaux de la Mossig)
 autour du spectacle.... alors là attention prenez bien le temps de lire, je me lance "
kelécetektoplasm kitakompagn".

eh oui! vous avez bien lu, et c'est du français, et le "français éjénial".


« Le fransé ke chparl ègzist »

Ce spectacle est une variation poétique autour de l’oeuvre de Katalin Molnar, écrivain d’origine hongroise, qui s’applique à écrire « comme ça se prononce » et ne cesse d’inventer un nouveau langage. Sur scène, trois comédiennes Anne Ayçoberry, Marie Wacker et Kathleen Fortin mettent en jeu, voix, images et matières, l’histoire de l’exil, d’une vie de femme dans sa relation aux enfants, aux hommes, à sa famille, à son pays d’origine et à celui qui l’accueille (la France). Une invitation au voyage dans l’espace de la langue et l’espace de la page avec les moyens du théâtre."



Cette pièce sera présentée au public de Marmoutier le vendredi 17 avril à 19h.

Pensez à réserver vos places !
 
 
 

 

  Suite des préparatifs : 

Jeudi, le 26 mars, Adèle LHOUTELLIER, co-responsable des relations avec le public et de l'action artistique nous accueille au TJP-Centre Dramatique National d’Alsace – Strasbourg pour un "filage" 

keskeckeaça : et bien , pour commencer,  nous avons quitté la bibliothèque avant l'heure de la fermeture et nous avons "filé" sur Strasbourg pour être à  l'heure.
Mais bon, revenons au sujet, 
                                                                                                                          
Un filage : Dans le jargon du théâtre, un « filage » est une représentation « rapide », avec placement, mais que l’on joue « en dessous ». On fait par exemple un filage lumière, un filage son... On peut faire aussi un « filage arrêté », au cours duquel le metteur en scène donne des indications, précise le sens de certaines répliques, éclairent ses choix.

Anne, Marie et Kathleen sont concentrées, et nous sommes impressionnées : comment vont-elles interpréter ce texte quels moyens vont-elles utiliser pour raconter l'écrit sans la parole et "yalaparol sanlékri, épui donk, le français éjénial"




"Le plateau serait comme un organisme qui contient le langage et la poétique de Molnar. Un organisme vivant-vibrant en formation, déformation et transformation comme les cellules qui forment notre propre corps : le corps des mots, le dé-corps du langage, le re-corps de la langue."

Oui, alors en parlant de record : ces trois comédiennes ont une mémoire phénoménale, en trois semaines elles ont mis en place ce spectacle avant de le répéter au TJP. 

Nous ne dévoilerons rien de la scène, la surprise sera complète vendredi le 17 avril à la bibliothèque.


N'oubliez pas de réserver vos places !